Peut-on influencer les autres par la pensée?

Frédéric Clément répond à vos questions...

On vous l'a promis depuis longtemps... c'est aujourd'hui que vous pouvez lire l'article le plus attendu de la saison...

Female blue eye

Depuis le temps qu'on vous en parle, tout le monde sait qu'il est possible de s'auto-programmer pour atteindre ses propres objectifs, que ce soit par la visualisation subconsciente, par l'autosuggestion subliminale ou par l'auto-hypnose.

Mais la question que tout le monde se pose bonnement est celle-ci:

Est-il possible d'influencer positivement une personne dans le but de l'amener à faire ce que nous aimerions bien qu'elle fasse?

C'est le rêve de plusieurs n'est-ce pas? Qui n'a pas un jour souhaité pouvoir influencer son gérant de banque, son patron, son conjoint ou ses enfants pour qu'ils lui accordent ce qu'il désire obtenir?

Est-ce possible et est-ce éthiquement acceptable? Si oui, comment peut-on y parvenir?

Justement, c'est le sujet de la question que nous a posée Madame Francine M. tout récemment:

«Mon voisin fait constamment jouer sa musique à l'extérieur. Bien que près de 500 mètres nous séparent, ce vacarme est parfaitement audible de chez-moi. Je n'ai plus la quiétude à mon propre domicile et cela affecte mon moral ainsi que ma santé physique, psychologique et émotionnelle. Y a-t-il moyen d'utiliser la programmation mentale pour solutionner cette situation et si oui, comment?»

La réponse est à la fois simple et complexe. Simple parce qu'elle peut être répondue par un simple OUI mais complexe parce qu'elle doit tenir compte de plusieurs aspects importants.

Commençons par identifier les différents facteurs à considérer avant de conclure si c'est faisable ou non et si c'est souhaitable ou non…

D'abord, est-ce éthique que d'influencer une tierce personne pour qu'elle fasse ce que nous voulons qu'elle accomplisse?

Cela dépend principalement de deux choses:

1. Est-ce que l'objectif est louable et bénéfique pour les deux parties?

Si on exerce une influence positive sur autrui, il faut d'abord s'assurer que cette personne soit d'accord et, si elle ne l'est pas au départ, c'est alors à nous de trouver de bons arguments pour qu'elle adopte davantage notre point de vue.

Ceci dit, toute notre vie durant, nous aurons à nous vendre et à vendre nos idées auprès de nos employés, de nos clients, de notre patron, de notre conjoint(e), de nos enfants, de nos parents, de nos lecteurs et de toute personne avec qui nous aurons à interagir pour atteindre nos objectifs.

Cela fait partie de notre nature humaine : nous sommes des êtres sociaux qui nous influençons les uns les autres pour améliorer notre sort global. Il n'y a donc aucun mal à cela... à condition que ce que l'on désire obtenir soit bénéfique pour les deux parties.

2. Est-ce qu'on a obtenu l'accord de la personne au final ou a-t-elle été contrainte de faire ce que nous souhaitions qu'elle fasse?

Personne ne veut se faire manipuler par qui que ce soit alors assurez-vous que votre influence positive soit sincèrement axée vers le bien des deux participants et qu'elle laisse le libre-choix final à la personne que vous désirez amener à votre point de vue.

Par ailleurs, est-ce possible d'influencer la pensée d'une autre personne à distance par télépathie?

Étant tous interconnectés, à l'instar de nos cellules qui communiquent entre elles et s'influencent les unes les autres pour le bien-être de l’ensemble de notre corps, nous exerçons tous une influence plus ou moins importante sur les gens qui nous entourent, parfois même lorsqu’ils se trouvent à distance.

Pour l'avoir étudié et pratiqué pendant de longues années, il ne fait aucun doute dans mon esprit que nous communiquons continuellement entre nous par la pensée et que nous sommes tous reliés par une grande conscience collective appelée le superconscient.

Les scientifiques les plus sceptiques vous diront que des preuves restent encore à faire au sujet de la télépathie à distance mais chacun d’eux pourra vous affirmer sans hésiter qu'il est clair que nous communiquons tous par le non-verbal…

La communication non-verbale

Chaque jour, nous vivons tous des expériences concrètes de communication non-verbale avec les gens que nous rencontrons.

Bien sûr, la parole reste le moyen de communication le plus direct mais pas nécessairement le plus puissant. En effet, nos cinq sens nous servent également à communiquer sans utiliser le langage parlé.

Si on prend l'exemple d'un chien, une simple odeur lui en dit beaucoup plus sur nous que ne le feraient tous les mots du monde.

Parallèlement à nos cinq sens, bien que moins visible, notre intuition (aussi appelée sixième sens) est le plus puissant de tous nos outils de communication. Ce sixième sens est en fait l'analyse que fait notre subconscient de tous les éléments qu'il perçoit dans notre environnement, aussi subtils puissent-ils être.

Autrement dit, notre subconscient - qui est plus puissant que n'importe quel ordinateur jamais créé - emmagasine instantanément toutes les informations perceptibles, qu'elles soient visuelles, olfactives, kinesthésiques, audibles, gustatives ou même vibratoires et il les traite plus ou moins rapidement, selon le cas, pour en décoder le sens.

De la même façon, lorsque l'on procède dans l'autre sens, les gens que nous rencontrons perçoivent les signes subtils que nous dégageons et leur propre subconscient les analyse pour ensuite leur donner un compte-rendu de ses conclusions sous forme de messages intuitifs.